Création de site

La création d’un nouveau site de jardins familiaux

à l’exemple du Clos Saint-Antoine en 2017

Les jardins familiaux du début du XXIe siècle ne ressemblent guère aux jardins ouvriers du début du XXe siècle. En 1903, ces derniers se suffisaient pour naître d’un terrain et d’un apport en eau, charge à leurs « tenanciers » de construire leurs abris et d’installer leurs clôtures… avec les moyens et les matériaux dont ils disposaient, à savoir « à la fortune du pauvre ». En 2017, les nouveaux critères environnementaux et urbanistiques exigent de ces jardins collectifs une plus grande cohérence : des cabanes de jardin similaires en taille et en aspect, des clôtures harmonieuses, des moyens de gestion des parcelles plus élaborés avec des récupérateurs d’eau au niveau des toitures et des composteurs modernes. A partir d’un certain nombre de parcelles, nos anciens faisaient appel à un gardien dont la rémunération se faisait par la mise à disposition d’une habitation et d’une parcelle ; en 2017, le clôturage commun et les points d’accès reposent sur la seule technique. La création d’un site de jardins collectifs implique donc désormais des moyens financiers plus importants de la part des gestionnaires. Illustration de notre propos.

Genèse du site du Clos Saint-Antoine à Versailles

Pour créer un site de jardins familiaux, il faut évidemment d’abord trouver un terrain, disposant dans toute la mesure du possible d’une arrivée d’eau. La tâche en milieu urbain relève aujourd’hui du défi tant le foncier disponible est rare, et donc coûteux. Il faut pour cela dénicher un « délaissé urbain » de surface appropriée sans destination envisageable. C’est ce qui est arrivé pour le Clos Saint-Antoine.

Versailles Habitat, l’Office public d’habitation à loyer modéré de la Ville de Versailles, disposait au début des années 2010 d’un terrain constructible d’environ 2 200 m² situé au 38, rue de l’Ermitage Ce terrain comportait des baraquements voués à la destruction dans un quartier résidentiel de standing de Versailles. Un projet immobilier d’habitat social s’inscrivant dans la volonté de l’OPHLM de Versailles d’utiliser tous les espaces disponibles pour augmenter le quota d’habitat social de la ville est donc élaboré. Mais les règles d’urbanisme sont contraignantes en raison du bâti versaillais mais aussi et surtout du fait de la grande proximité avec le Domaine du Château de Versailles. La surface constructible est donc réduite et laisse un délaissé important, même après réalisation des places parkings pour les futurs résidents. Les 11 logements neufs familiaux répondant aux normes BBC sont inaugurés le 15 septembre 2016.

Le site en août 2016 : un terrain en friche – Image Google Earth

Une surface d’environ 800 m² est donc vacante et devra être gérée en espaces verts ou similaire. Cette solution est évidemment coûteuse et inappropriée pour la faible ampleur du projet immobilier. Plusieurs approches de jardins collectifs sont envisagées. En 2012, Versailles Habitat se rapproche finalement de l’Association des Jardins familiaux de Versailles pour la création de nouveaux jardins, et ce dans le prolongement du partenariat engagé avec le projet immobilier de la Porte des Jardins à Petits-Bois. Entre 2012 et 2016, Versailles Habitat envisage de partager le site entre deux associations : le GEM (Groupe d’Entraide Mutuelle, association à but non lucratif aidant les personnes en situation de fragilité psychique) pour une surface de 283 m² et l’Association des Jardins familiaux de Versailles pour une surface de 539 m².

Avant l’inauguration de l’immeuble de la rue de l’Ermitage le 15 septembre 2016, le GEM se désiste en raison de la trop grande complexité à gérer la parcelle qui lui était destinée. L’Association des jardins accepte de reprendre l’ensemble du site à la condition que Versailles Habitat apporte une aide matérielle pour l’aménagement, ce qui se fera sous forme d’une subvention permettant l’achat des cabanes de jardin.

Les formalités et la remise du site à l’association

Une convention d’occupation précaire est signée le 6 mars 2017 entre Versailles Habitat et l’Association des Jardins familiaux de Versailles stipulant entre autres que l’occupation est consentie gracieusement pour une durée de sept années renouvelable par tacite reconduction pour une durée de trois ans. La convention prévoit la mise à disposition par Versailles Habitat d’un WC à créer et de deux points d’alimentation en eau à raccorder. Les clés du site sont remises le jour de la signature à l’Association des jardins familiaux.

Le site remis officiellement par Versailles Habitait à l’Association des jardins familiaux de Versailles est un terrain de 822 m² recouvert d’une terre végétale totalement enherbée comportant quelques éléments de remblai. Il est clôturé par les résidences avoisinantes et par deux grillages installés par Versailles Habitat dans l’optique d’une gestion par deux associations. La tâche de l’Association des jardins familiaux va dès lors consister à parcelliser le site pour créer 8 parcelles de jardins d’environ 100 m², acheter et monter les cabanes avec leur gouttières pour la récupération des eaux de pluie, se procurer des composteurs auprès de Versailles Grand Parc, tondre l’ensemble des parcelles, installer des portillons d’accès aux différentes parcelles, recevoir et sélectionner les candidats jardiniers et enfin remettre les jardins aux nouveaux adhérents.

Les travaux d’aménagement

Un premier parcellaire est établi dès le 9 mars, il est remanié le 15 mars pour être finalisé in situ par l’implantation de piquets le 20 avril 2017. Les huit cabanes commandées chez Leroy Merlin après la signature de la convention sont livrées en kit le 5 mai 2017 en bordure de site. L’aménagement proprement dit peut dès lors commencer.

Pendant un mois, dix-neuf jardiniers de l’Association venant de ses deux sites vont procéder à l’aménagement du nouveau site pour accueillir huit jardiniers supplémentaires. L’aménagement en quelques dates, photos et chiffres.

5 mai . Livraison des cabanes et commencement du montage

Répartition des kits sur les parcelles avec leurs parpaings de fondation

 

Début du montage

     

6 au 9 mai : Montage des cabanes

 

9 au 23 mai : Lasurage, pose des gouttières et des verrous

18 au 22 mai : Confection, pose et lasurage des portails de parcelle, finition des lasurages de cabanes

23 au 29 mai : Élagage, tonte, mise en fagots, rangement des bois

29 et 30 mai : Installation des récupérateurs d’eau et des composteurs, nettoyage des parcelles

30 mai et 1er juin : Réception des candidats jardiniers pour les parcelles nouvellement créées

Les deux grands artisans de l’aménagement, Mathieu Laurent et Marcel Saintonge 

4 juin : Remise des parcelles aux nouveaux jardiniers

L’ensemble des opérations d’aménagement du nouveau site de jardins familiaux de la rue de l’Ermitage représentera au total 440 heures-homme de travail, dont 85 heures pour le président Marcel Saintonge, 80 heures pour Delfim Oliviera, 55 heures pour Aimé Chadès et 55 heures pour le trésorier Laurent Mathieu. Ne sont pas décomptées les heures de gestion en amont et en aval du président, vice-président et trésorier. La participation de 19 personnes a été nécessaire pour réaliser ces travaux.

Le coût total de l’aménagement

Il s’établit comme suit, hors frais de création du terrain par Versailles Habitat :

  • Cabanes (subvention Versailles Habitat) : 4 368 euros
  • Achats divers (clôtures, planches, récupérateurs d’eau, verrous, programmateurs d’eau, etc.) : 7 285 euros
  • Indemnisation des intervenants (frais de voiture inclus) : 2301 euros

Coût total : environ 10 000 euros

Coût supporté par l’Association : environ 6 000 euros

La période d’amortissement pour l’association est donc de 10 années pour une cotisation de 80 euros par jardiniers, sans compter les frais courants (consommation d’eau, lasure et interventions diverses).

Quelques chiffres à titre de comparaison.

Création en 2014 de 15 jardins familiaux à Moser d’une superficie individuelle d’environ 50 m². Coût total supporté par la Ville de Versailles : environ 300 00 euros comprenant la requalification des lieux et la création d’un jardin partagé et d’un espace public.

Création en 2017 de 31 nouvelles parcelles de jardins familiaux à Guyancourt : environ 250 000 euros supportés par la commune.

Le site du Clos Saint-Antoine pris en main par les jardiniers

Parcelle N° 2 au 3 août 2017

Parcelle N° 5 au 3 août 2017

Parcelle N° 4 au 3 août 2017

Parcelles N° 2 et 1 au 3 août 2017
Association des jardins familiaux | All Rights Reserved. Theme by Flythemes